pensées estivales

l’air, un mirage qui tremble, vide,

les yeux bleus du ciel brûlent

pompiers foncent par l’allée

aujourd’hui, je ne veux pas me connaître

.

l’asphalte nage mort dans le goudron

toutes les voix disent « nous nous taisons »

le silence – qui fait du bruit – et moi

nous faisons alliance

.

bouteilles, eau minérale, les dernières

comme s’ils s’étaient bagarrés pour celles

vertes en silence, pas eau très gazeuse –

l’azur en bleu est épuisé

.

 

|

|

|

|

|

 

 

Publicités

2 réflexions sur “pensées estivales

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :